SAFARI

Cette fusion organique entre les membres de ma famille m’a insufflé l’envie de créer de nouvelles espèces animales en confrontant les ossements d’une espèce avec la peau d’une autre, pour finalement développer une réflexion autour de l’agressivité de l’animal. J’ai voulu exprimer ces impulsions bestiales par la décomposition du mouvement d’êtres vivants, mêlant ainsi leurs pelages, et permettant de jouer sur les différentes matières de leurs peaux.

Comme dans le cinéma d’animation, image par image, et dans le travaille photographique de Muybridge, je décompose l’action d’un personnage sauf que chacun de ses déplacements reste figé sur le précédent. En reprenant le principe du « Nu descendant l’escalier » de Marcel Duchamps, ce procédé est une manière de montrer à la fois le passé, le présent et le future dans une même image et laisse libre court à la création de nouveaux corps. La gravure me permet de dessiner sur plusieurs plans, de décomposer plus facilement la gestuelle de ces êtres vivants, la fusion de tous ces mouvements sur un même papier me permet de brouiller la lecture de l’image. Un moyen d’unir divers instants par la déformation d’un être en déplacement.

Loading